Mon premier voyage en solo !

Mon premier voyage en solo a eu lieu en septembre 2010. Pour la première fois, je suis partie totalement seule à l’étranger. Je n’ai pas pris de gros risques en choisissant de me rendre à Londres pour une semaine. Malgré tout, j’ai appris qu’un voyage ne se prépare pas à la va-vite, et encore moins lorsqu’on est seule, et ce même dans une ville comme Londres ! Disons qu’à cette époque là, j’étais un bébé voyageur :).

Ce voyage est aussi marquant parce que c’est la première fois que je prenais l’avion. Et oui, mieux vaut tard que jamais non ? Et pour ma première fois, je suis partie avec EasyJet et un sac à dos de routard prêté par une amie.

Je ne dirais pas que je suis partie « à l’arrache » mais j’ai clairement négligé un certain nombre de détails. C’est parti !


  • L’auberge de jeunesse 

Je ne savais pas sur quel site réserver et quoi réserver. J’ai donc réservé un lit dans un dortoir de 12 lits suite à une recommandation sur Hostelword.

L’arrivée à l’auberge en elle-même a été épique. J’ai tout simplement oublié de noter l’adresse de l’auberge ou même la station de métro la plus proche. Je n’avais qu’un nom. Pour une ville comme Londres. C’est vrai qu’il n’y a qu’une seule auberge de jeunesse à Londres. Je savais seulement que cette auberge était proche d’Hyde Park, vers Bayswater. Je suis donc descendue du bus à Hyde Park, et j’ai marché, marché, marché pendant au moins 2h avant de trouver mon hébergement. Je me repérais grâce aux plans qu’il y avait sur les arrêts et ma pauvre carte du guide du Routard où j’avais au préalable vaguement repéré mon quartier. J’étais au bout de ma vie lorsque j’ai finalement trouvé l’auberge.

Arrivée à l’auberge, après un check-in compliqué parce que je me suis rendue compte que mon anglais n’étais pas very good, j’ai découvert ce que ça allait être de partager une chambre avec 11 autres personnes. Des lits superposés entassés dans une chambre avec juste assez d’espace pour circuler. Heureusement, les 4 premières nuits, la chambre n’a jamais été complète. Puis j’ai été envahie par un groupe de 8 asiatiques, hyper bruyants, et pour ma dernière nuit, on m’a demandé d’aller dans une autre chambre. Génial.

J’ai également découvert le concept de douche et toilette communes. Breaking news : vous aurez beau faire le ménage régulièrement, quand il y a un toilette et une cabine de douche pour 1 étage, ça sera sale quoiqu’il arrive. Et j’ai bien regretté de ne pas avoir de tongs pour utiliser ces espaces communs.

Enfin, dernière leçon et pas des moindres : il n’y a pas de serviettes de toilette dans les auberges de jeunesse. Ne rigolez pas trop en lisant ça. J’avais jusqu’à présent voyagé uniquement avec mes parents, et dans des hôtels. Je ne savais absolument pas que les serviettes de toilettes ne faisaient pas partie du packaging. Donc je suis partie à a recherche d’une serviette de toilette. Ou comment bien commencer son voyage en Angleterre. Et c’est comme ça que j’ai découvert Primark <3.

  • Ma carte bancaire 

En bonne touriste qui croit bien faire, j’ai échangé des euros contre des pounds avant de partir. Pendant un moment, j’ai pu tout payer en cash. Puis j’ai voulu retirer une première fois. Ma carte passe, all good. Puis, l’argent partant vite à Londres (c’est le paradis du shopping !), j’ai voulu retirer une seconde fois. Et là, le drame, ma carte ne passe pas.
J’appelle ma mère catastrophée, on était en fin de journée et il me restait environ 2€ en poche. J’avais le concert de Muse le soir-même et surtout il fallait bien que je mange non ? En plus, en 2010, appeler en France depuis l’étranger avec son portable français revenait à donner un rein. Elle me rappelle le lendemain, ma carte a été bloquée par ma banque qui a cru qu’il s’agissait d’un usage frauduleux à l’étranger. Voilà voilà. Ce soir là, j’ai mangé du pain, c’était génial.
Depuis, j’essaie de prévenir ma banque quand je pars à l’étranger histoire de ne pas revivre ça. Ceci étant, j’ai pu retirer tranquilou dans des pays comme la Moldavie ou la Serbie et que neni.

  • Mon anglais 

Est-ce qu’on doit aborder ici la manière dont est enseignée l’anglais en France ? Ou de manière générale les langues étrangères ? Parce que je ne suis pas sûre qu’apprendre une langue étrangère avec un français, qui parle français pour t’expliquer les subtilités de la langue, soit la meilleure solution.
Donc, à Londres seule, je me suis rendue compte que mon anglais scolaire n’allait pas être d’un grand secours. Heureusement qu’ils ont l’habitude des touristes et que je savais les choses de base mais bon.
Si aujourd’hui, j’ai un bon niveau d’anglais, c’est parce que je le parle tous les jours avec mon cher et tendre, et non grâce à l’enseignement que j’ai eu. Le pire, c’est qu’en 2018, on exige que les professeurs de langue étrangère parlent couramment français pour enseigner leur langue natale. Comment voulez-vous progresser si on vous apprend une langue en parlant français ?

  • L’Oyster card, ou comment j’ai fait mal à mes pieds dès mon premier jour de voyage

Je ne l’ai pas acheté de suite. Si elle permet de faire de sacré économies (le prix du ticket de métro londonien à l’unité est un vrai scandale), je voulais payer en cash pour l’acheter, ce que je ne pouvais pas faire à la station de métro la plus proche de mon auberge. J’ai donc marché jusqu’à l’office de tourisme pour la faire faire. En gros, j’ai marché du début de Hyde Park jusqu’à Trafalgar Square. Ceci ajouté aux kilomètres parcourus ensuite pendant la journée et j’ai fini les pieds en compote à la fin de la journée. Et le reste du voyage en fait. Et oui, marcher des kilomètres et des kilomètres en ville avec des converses quand on a pas l’habitude de marcher n’est pas la meilleure idée.

  • L’argent 

Allez savoir pourquoi, dans ma tête et tout le long du séjour, j’ai assimilé la livre sterling à l’euro. Je comptais en euro les prix affichés en pound. L’argent est donc parti très vite. Voilà voilà.

  • Mon sens de l’orientation

Si me perdre est quelque chose d’habituel en voyage, j’ai un peu détesté ma vie quand après le concert de Muse à Wembley, je me suis perdue pour rentrer. J’ai naïvement suivi la foule à la fin du concert et me suis retrouvée dans un métro différent de celui par lequel j’étais arrivée. J’ai donc atterri loin de mon auberge, encore que j’ai pu me repérer grâce à Hyde Park. Il m’a fallu 45 min pour rentrer, il était minuit passé et j’avais juste envie de dormir.


Bilan

Quand je relis tout ça, 8 ans après, je souris de ma naïveté. J’ai depuis beaucoup voyagé et appris plein de choses. Mais tout ne va pas de soi quand on part en voyage et on a toujours quelque chose à apprendre. Je partais de 0 en matière de voyage en solo et même aujourd’hui, j’apprends encore des choses de ce type de voyage. J’ai pris le parti de partir seule dans une ville inconnue, ce qui était déjà un grand pas en avant et j’ai réussi à m’en sortir malgré tout. Comme quoi, il faut toujours oser, et ne pas avoir peur de tenter des choses et d’aller de l’avant ! 🙂


Je partage quand même quelques photos !  A l’époque, je ne m’intéressais pas réellement à la photographie, j’assume totalement l’absence de qualité sur les photos, même si j’ai sélectionné les moins moches ^^.

thumb_P9090008_1024thumb_P9090073_1024thumb_P9090113_1024thumb_P9090142_1024thumb_P9090184_1024thumb_P9100234_1024thumb_P9100294_1024thumb_P9100353_1024thumb_P9110533_1024thumb_P9120667_1024thumb_P9120701_1024

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Mon premier voyage en solo ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s