Cinq idées de lecture sur le voyage

J’aime voyager et j’aime lire. Si je lis quand je suis en voyage, j’aime aussi lire sur le voyage. La littérature à ce sujet est plus qu’abondante ce qui n’est pas pour me déplaire 😉. J’ai récemment lu quelques ouvrages vraiment intéressants sur cette thématique que je partage ici !

  • Comment voyager seule quand on est petite, blonde et aventureuse (Katia Astafieff)

J’ai adoré ce livre. Vraiment. En un weekend il était plié (bon il faut dire que c’est un weekend où je suis restée chez moi).
Katia Astafieff nous embarque avec elle pour nous partager ses anecdotes de voyage. Plutôt que de vous parler des lieux touristiques qu’elle a vu ou de ses plus belles expériences, elle préfère partager avec nous ses aventures les plus improbables avec un humour mordant et sans filtre. Elle nous démontre également à travers son expérience que voyager seule ne rime pas avec danger à tous les coins de rue.
Au lieu de donner les règles à suivre pour qu’un voyage seule se passe bien, elle préfère se concentrer sur toutes ses aventures pour nous montrer que voyager seule c’est possible, que ce n’est pas aussi dangereux que cela en a l’air, que nous pouvons le faire sans crainte et que c’est de là que nous garderons nos meilleurs souvenirs de voyage.
La lecture de ce livre me conforte dans mon idée que c’est en voyageant seule qu’on fait les rencontres les plus intéressantes, les plus insolites, les plus bizarres, les plus marquantes. Je pense sincèrement qu’à deux ou plus, on ne vit pas le tiers des expériences qu’on vit seule.

Lien pour acheter ce livre

  • Le tour du monde en 72 jours (Nelly Bly)

Nelly Bly, journaliste américaine, se lance un défi pour le moins audacieux : celui de faire le tour du monde en 72 jours. Inspirée par Jules Verne, qu’elle rencontrera au cours de son périple, elle sera la première femme à tenter cette expérience. En 1889, c’est une première ! On la suit donc tout au long de son parcours, une vraie course contre la montre, en espérant bien sûr qu’elle réussisse son défi, suivi par le monde entier.
L’auteure ne part pas pour visiter les pays traversés, même si elle fera quelques visites au cours de ses escales, mais bien pour battre un record. Si aujourd’hui elle serait décriée pour avoir pensé à son record avant de penser à s’imprégner des pays visités, il n’empêche que l’idée reste novatrice.
Après tout, combien de personnes aujourd’hui partent en tour du monde ? Bien plus qu’en 1889 en tout cas ! Mais qu’est-ce que faire le tour du monde aujourd’hui ? En tout cas, Nelly Bly, elle l’a bien fait !
Aujourd’hui, à une époque où partir en tour du monde pendant plusieurs mois, voire plus, est devenu normal, lire ce livre m’a fait poser beaucoup de questions sur cette nouvelle manière de voyager. Si j’avais 72 jours devant moi, peut être que j’envisagerai potentiellement le même défi, avec les mêmes modes de transport.

Lien pour acheter le livre

  • De l’art d’ennuyer en racontant ses voyages (Matthias Debureaux)
À l’heure où les récits sur les bienfaits du voyage pullulent (oui oui c’est bien le terme), ce livre où domine l’ironie remet les choses à leur place. 
Chaque année, un milliard de touristes parcourent le monde. En 2020, ils seront un milliard et demi à vous amuser avec leurs récits de voyage. Tout est dit en quatrième de couverture et l’auteur en rajoute une couche avec deux citations sur les voyages qui dénotent avec celles que l’on voit partout :

– « les voyages ça sert surtout à embêter les autres une fois qu’on est revenu » (Sacha Guitry).
–  » ceux qui ont fait le tour du monde peuvent faire durer leur conversation un quart d’heure de plus » (Jules Renard).
Plutôt que de dire que voyager c’est merveilleux, que ça permet d’apprendre à se connaitre et à s’ouvrir aux autres, de couper avec son quotidien (forcément monotone), que ça créé des souvenirs merveilleux (et bla bla bla), l’auteur nous montre tous les clichés liés aux voyageurs et tire dans le tas. Sans jamais juger ou nous dire quelle est la bonne manière de voyager, il nous montre aussi qu’en voyage, nous sommes tous les mêmes malgré une forte volonté de faire des choses uniques en voyage, de sortir du lot et de vivre des expériences authentiques (d’ailleurs aujourd’hui ce terme me sort par les yeux).

Lien pour acheter le livre

  • Carnets de steppes (Sylvain Tesson et Priscilla Telmon)

Récit d’un voyage à cheval en Asie centrale dans les pays en -stan, j’avoue ne pas avoir été totalement subjuguée par ce livre. Je pensais qu’après sa lecture je réserverai illico un billet pour le Kirghizistan ou l’Ouzbékistan (qui me font bien envie en ce moment) mais que nenni. Bon j’exagère un peu, mais je pensais que sa lecture me plongerait vraiment dans un voyage merveilleux. Si certains passages sont très intéressants, d’autres sont dénués d’intérêt et n’apportent pas grand chose au suivi du voyage.
Je pense que je m’attendais à un récit journalier de leur épopée à cheval qui est au contraire distillée tout au long du livre entre des paragraphes parfois mous.
Pour être tout à fait honnête, j’ai aimé ce livre à la moitié de ma lecture, la première moitié je me suis un peu ennuyée. Mais il est inspirant dans le sens où ça a du être une sacrée aventure que ce voyage à cheval !

Lien pour acheter le livre

  • Allers simples (Frédéric Lavoie)

Récits de voyage de l’auteur dans les pays de l’ex-URSS, ce livre est très intéressant à lire et on apprend beaucoup de choses sur cette période. L’auteur ne nous raconte pas tout mais suffisamment pour accrocher dès les premières lignes ! Peut être est-ce parce que j’ai visité quelques uns des pays où il s’est rendu que j’ai autant apprécier de le lire, mais en tout cas à mes yeux il s’agit d’un classique ! Lui aussi aura vécu de sacrées aventures au cours de ses voyages. On est bien contents de ne pas en vivre certaines et pour d’autres on se dit qu’on aurait aimé y être.
Je n’en dis pas plus mais le voyage est garanti !

Lien pour acheter le livre

  • Le monde en stop (Ludovic Hubler)

Un classique parmi les récits de voyage, mais aussi l’un des livres les plus intéressants que j’ai pu lire. L’auteur décide à la fin de ses études de faire un tour du monde en stop seul avant d’entrer dans la vie professionnelle. Il se donne deux ans pour accomplir ce voyage qui durera cinq ans. Pour moi, nous avons là un vrai tour du monde avec tous les continents visités (y compris l’Antarctique !) et un routard qui prend son temps plutôt que d’essayer de battre une course contre la montre. C’est très bien écrit, très prenant et on le suit volontiers de l’Afrique à ses traversées des océans Atlantique et Pacifique en passant par les continents américain (littéralement du nord au sud) et asiatique.
Honnêtement, je me suis posée la question de la faisabilité pour une fille seule. Comme l’auteur le dit lui-même, le fait d’avoir laissé pousser sa barbe ou d’avoir une apparence un peu négligée a pu l’aider dans certains pays. Il est aussi allé dans des pays où même si on me donnait 1 million d’euros, je n’irai pas seule en 2018 (l’Afghanistan par exemple). D’expérience, si j’ai rencontré plein de gens formidables en voyage solo, je n’oublie pas qu’être une fille seule dans certains pays représente une proie trop facile. Contrairement à lui, je n’irai pas dormir dans la rue en Inde.
En tout cas, à l’heure où sur les réseaux sociaux je vois tous les gens qui font un tour du monde aller dans les mêmes pays, selon les mêmes modes de transport, et faire les mêmes choses, ses trajets m’ont fait rêver !

Lien pour acheter le livre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s