Auberges de jeunesse : le meilleur du pire (où comment survivre à votre séjour en dortoir avec des inconnus)

En voyage, l’auberge de jeunesse est l’option retenue pour pouvoir payer à petit prix un hébergement. Certains vous diront que c’est pour rencontrer des gens qu’ils choisissent d’y dormir, moi c’est pour éviter d’être détestée de mon banquier quand je pars. En effet, selon les pays, dormir dans un endroit chaud, sec et dans un vrai lit peut vite devenir problématique. Quelques nuits d’hôtels peuvent vite correspondre au PIB par habitant d’un pays pauvre. J’exagère à peine, vous avez déjà vu le prix d’un hôtel décent pour une semaine en Islande ?

Comme le nom ne l’indique pas, ces établissements ont vocation à proposer des solutions d’hébergements à coût minime aux voyageurs à petit budget. Il n’y a pas de critères d’âge pour y dormir, bien qu’initialement, ce type d’établissement devait être réservé aux jeunes voyageurs sans trop d’argent.

Les prix étant bien moins chers que les hôtels traditionnels, il y a donc moins d’avantages que ce qu’on peut y trouver. La différence majeure réside dans le fait que vous ne serez pas seuls dans votre chambre et que vous devrez partager votre salle de bains avec des inconnus. Vous allez donc partager des bouts de vie avec des gens dont vous ne savez rien mais dont vous allez apprendre beaucoup de choses en quelques heures ou quelques jours, parfois contre votre gré.
Parfois le linge de toilette est fourni ou le petit déjeuner inclus. Dormir en dortoir avec plein d’autres gens n’est pas non plus obligatoire. Si vous payez un peu plus, vous aurez des petites chambres, voire même des chambres individuelles dans certains cas.
Certaines établissements ont également une cuisine qui peut vous permettre de faire des économies liées aux repas.

Les auberges de jeunesse peuvent parfois avoir mauvaise presse : être réveillé en plein milieu de la nuit par des gens alcoolisés, retrouver la salle de bain ou les toilettes communes dans un état déplorable, être victime d’un vol… Si je n’ai jamais été victime d’un vol (croisons les doigts), pour les deux premiers cas c’est bien arrivée, et plus d’une fois. Mais à partir du moment où l’on choisit l’option « vie en commun » il faut s’attendre à ce genre de désagréments…

Si j’ai de plus en plus tendance à fuir les établissements où je dois partager mon espace vital avec d’autres gens, j’ai eu recours à de nombreuses reprises à cette solution d’hébergement. Si vous avez des établissements très bien et très confortables, d’autres sont à pleurer et vous vous dites que vous allez y passer le moins de temps possible.


Mes expériences les plus marquantes en la matière

Ma première auberge de jeunesse : Londres

J’ai découvert le concept d’auberge à Londres : partager sa chambre avec 10 inconnus, une salle de bains avec une trentaine de personnes… C’est là que vous vous rendez compte qu’autant de personnes utilisant une même salle de bains fait qu’elle ne sera jamais totalement propre et que votre sommeil va prendre cher.

Les auberges de jeunesse les plus chères : Islande

J’aime passionnément l’Islande mais son plus gros défaut est bien le coût de la vie sur place et notamment celui des hébergements. Avoir une chambre individuelle dans un hôtel coute un bras, et l’auberge de jeunesse est l’une des meilleures options si vous souhaitez dormir en intérieur à petit prix. Mais bon, 50€ la nuit dans un dortoir de 12 lits ça fait un peu mal.

thumb_DSC04353_1024.jpg
Vue depuis mon auberge à Vik dans le sud de l’Islande. Je n’avais pas réservé à l’avance donc j’ai payé ma nuit 70€ mais au moins la vue était belle !

La pire auberge de jeunesse : Munich

Pire auberge car, si je fais abstraction de certaines choses (rien pour poser ses affaires dans la douche, chambre trop chaude), nous avons eu des punaises de lit ! Rien que ça, l’un des pires fléaux en matière d’insecte. Ma pote a commencé à se gratter et nos doutes ont été confirmés après quelques recherches sur internet. Nous l’avons signalé au réceptionniste qui a mal joué la comédie en feignant la surprise. On a laissé des commentaires très secs sur Booking et TripAdvisor en rentrant.

La deuxième pire auberge de jeunesse : Dublin

Je suis allée à Dublin en juillet 2017 pour voir U2 lors de leur tournée européenne. C’était leur seule date en Irlande, trouver un hébergement décent n’a pas été chose facile. Et quand je vois combien j’ai payé pour deux nuits, pas étonnant que rien n’allait dans cet établissement : pas de prise électrique aux lits (deux prises dans la chambre pour 4) rien dans les douches pour poser ses affaires, pas de savon liquide pour se laver les mains aux toilettes, lits inconfortables et bougeant facilement…

La meilleure auberge de jeunesse que j’ai pu faire : Québec

Sur les conseils d’une dame travaillant à l’office de tourisme du fjord du Saguenay, nous avons déniché une petite pépite que j’ai adoré. Si cette adorable maison se désigne comme étant une auberge de jeunesse, on est loin des établissements habituels en la matière ! A l’intérieur c’est confortable à souhait avec du parquet, des beaux meubles, une cheminée, des lits confortables et le bruit d’une rivière en fond. Si je n’ai pas trop profité des lieux, étant un peu malade ce jour là, j’en garde un très bon souvenir !

thumb_DSC09520_1024.jpg

L’auberge de jeunesse la mieux située : Copenhague

Il y a des auberges situées loin de tout, et il y a celles où en 30 secondes vous êtes au meilleur endroit de la ville. Cela a été le cas à Copenhague où mon auberge était située à Nyhavn, le petit port coloré qui est LA carte postale de la ville.

thumb_DSC07734_1024.jpg

L’auberge de jeunesse la plus insolite : Stockholm

A Stockholm nous avons dormi sur un bateau ! Reconverti en auberge, nous avions toutefois choisi d’avoir une cabine pour deux avec salle de bain incluse. La vue sur la ville depuis la fenêtre était magique. Par contre, soyons honnêtes, vu la taille de la cabine et la chaleur qu’il y faisait, nous n’y serions peut être pas restées 6 mois.

thumb_DSC08897_1024.jpg

Autres destinations testées en auberge de jeunesse : Séville, Grenade, Timisoara, Kiev, Tbilisi, Batoumi, Prague, Budapest, Vienne, Berlin, Chisinau, Florence.


Petits conseils pratiques pour bien choisir son auberge :

– Je ne passe que par Booking pour réserver mes voyages. Pour éviter les mauvaises surprises, je fuis les établissements qui ont une note inférieure à 8/10. S’ils ont une mauvaise note (comme 5/6) c’est pour une bonne raison et dormir à petit prix ne veut pas dire dormir dans un trou à rats où l’hygiène est douteuse.

– Toujours lire les commentaires, c’est là où vous aurez les meilleures informations concernant l’établissement et TOUJOURS regarder les commentaires relatifs à l’hygiène. Depuis ma mésaventure avec des punaises de lit à Munich, je fais toujours une recherche du type « nom de l’auberge + bedbugs ».


Petits conseils pour passer le meilleur des séjours : 

– A amener :

  • un cadenas : pour que vos affaires soient en sûreté même si je n’ai jamais eu à déplorer un vol d’affaire (et je touche du bois en écrivant ça)
  • des boules-quiès : si vous les supportez, elles sauveront votre sommeil : entre les gens qui arrivent très tard et ceux qui se lèvent tôt, votre dodo risque d’en prendre un sacré coup. Et si vous ne dormez pas assez, vous risquez d’être de mauvais poil et donc de ne pas apprécier votre voyage :p.
  • des tongs : pour des raisons évidentes si vous devez partager une douche avec une dizaine d’autres personnes (ou même avec 1 autre).
  • une multiprise : vous n’aurez souvent qu’une prise individuelle pour tous vos appareils. Parfois pour une seule chambre vous n’aurez que 2/3 prises et ça devient presque la guerre pour recharger ses gadgets.
  • des serviettes de toilette : ne faites pas comme moi la première fois que je suis allée en auberge et qui ai fais une légère confusion entre hôtel et hostel (pourtant pour une lettre…). Vous pourrez en avoir mais elles seront payantes. Alors que maintenant il existe des serviettes qui prennent très peu de place.

A vérifier :

  • Regardez si vos draps sont propres. Dit comme ça cela peut paraitre stupide mais bon, depuis le jour où en Islande j’ai vu le mec de l’auberge ne pas changer les draps d’une fille qui venait de partie je me méfie (j’étais rentrée me reposer à l’auberge et il était en train de faire le « ménage » dans la chambre quand j’ai réalisé qu’il se contentait de remettre le coussin et la couverture en ordre).
  • Si l’établissement propose du linge de toilette, n’amenez pas le votre pour ne pas vous encombrer inutilement.

Bon séjour ! 🙂

Publicités

4 réflexions au sujet de « Auberges de jeunesse : le meilleur du pire (où comment survivre à votre séjour en dortoir avec des inconnus) »

  1. Coucou !! Je suis surpris pour l’auberge de jeunesse à Dublin, lors de notre périple en Irlande en Avril dernier, nous sommes toujours tombés sur des hôtels très charmants et hyper « classe » pour pas cher. C’est dommage pour toi. Des bisous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s