Expatriée ? Non, immigrée !

Bonjour ! 🙂

Bon, à défaut de pouvoir vous parler voyage, parlons de vie à l’étranger, souvent qualifiée d’expatriation !
Ayant posé il y a quelques mois mes valises en Angleterre pour une durée indéterminée, dois-je me qualifier d’expatriée ou d’immigrée ? C’est une question dont la réponse peut paraitre simple mais en cherchant un peu, je me suis rendue compte que les choses n’étaient pas aussi évidentes que ça.

1) Comment sont perçues les personnes habitant à l’étranger ?

Dans le langage courant, le terme expatriation désigne une personne vivant en-dehors de la France. Il s’agit généralement des personnes travaillant à l’étranger, pour une durée déterminée ou indéterminée, ou ayant décidé de construire leur vie dans un autre pays que la France. Ces personnes sont désignées par l’administration comme « français de l’étranger », quelle que soit la raison pour laquelle ils vivent dans un autre pays.
En revanche, on ne désigne pas ceux qui vont étudier ou faire un stage à l’étranger pour une période déterminée ou les voyageurs au long terme.

Si le terme expatriation est celui qui domine, ce n’est pas pour autant celui qui permet de désigner toutes les réalités des vies à l’étranger, de ceux qui partent de France pour une période déterminée ou indéterminée.

2) Expatriation ou immigration, quel terme choisir selon la situation ?

Repartons de la base.

Le mot expatriation vient du latin : exo (en-dehors) partrida (patrie). De nos jours, il désigne une personne, salariée, qui exerce son activité professionnelle dans un autre pays que le sien et le cas échéant, sa famille.

Le terme immigration définit le fait de quitter son pays pour s’installer durablement dans un autre pays. On vit selon les règles et lois du nouveau pays, sauf exceptions, et non plus selon celles du pays d’origine : contrat de travail, paiement des impôts, cotisations… Tout relève du droit local et non du droit français tant qu’on vit sur place.

Deux termes qui désignent donc deux situations distinctes et qui pourtant au quotidien sont totalement mélangés.

Si le terme expatrié est le plus souvent utilisé, il est aussi fréquemment décrié. Celui-ci vivrait dans une bulle francophone, loin de la réalité du pays dans lequel il se trouve et se mélangerait peu avec les locaux, faisant ainsi peu d’efforts pour s’intégrer. A contrario, l’immigrant agit à l’inverse, puisqu’il a vocation à rester et à construire sa vie dans le pays.

3) Pourquoi parle-t-on davantage d’expatriation que d’immigration ?

Aller vivre dans un autre pays que le sien a toujours existé et pendant des siècles et personne ne s’est posé la question de savoir si cela était de l’immigration ou de l’expatriation. Savoir à partir de quand les deux termes ont commencé à être utilisés séparément n’est pas chose aisée mais il semblerait qu’on a souhaité distinguer les travailleurs des pays développés allant à vivre à l’étranger dans un cadre professionnel des habitants des pays du tiers monde voulant aller vivre dans lesdits pays riches. C’est une théorie parmi tant d’autres.

Personnellement, je pense que c’est plus « chic » de dire expatrié qu’immigré. Expatriation renvoie à une vie de rêve à l’étranger, pleine d’avantages (qui en vrai n’existent pas forcément). L’immigration sera elle réservée aux personnes provenant de pays pauvres et arrivant en France pour travailler, parfois au péril de leur vie. Ce constat, j’ai pu le retrouver dans nombre de lecture. Nombre de personnes pensent que ces deux catégories ont été créées pour distinguer les travailleurs blancs (ou des pays riches) des autres.
Le sénégalais/malien/péruvien/mexicain qui vient travailler en France pour le compte de son entreprise pendant une période donnée ne sera pas qualifié d’expatrié par les français mais d’immigrant. Mais le français qui est envoyé au Sénégal/Mali/Pérou/Mexique par son entreprise pour quelques années sera lui qualifié d’expatrié. Il y a de fortes chances que le français qui ira construire sa vie au Canada ou au Japon sera qualifié d’expatrié alors qu’il rentre dans le champ de l’immigration. On dira la même chose des canadiens ou japonais venant vivre en France pour une durée indéterminée. Mais je ne mettrais pas ma main au feu qu’un indonésien ou un congolais le soient aussi…

La différence entre expatrié et immigré résiderait-elle dans la perception que le public a de ces catégories ? C’est fort probable.
J’ai des collègues qui vivent en Angleterre depuis 10 ou 20 ans, qui ont leur vie ici et qui ne se définissent pas comme expatriés. En revanche, d’autres sont là pour 2,3 ou 4 ans avec un contrat dédié et eux sont des expatriés puisqu’ils repartiront à son échéance.
Je aussi vu des personnes qui vivent à l’étranger non pas dans le cadre d’un contrat de travail mais parce qu’elles ont fait ce choix se qualifier d’expatriées. La frontière entre les deux termes est donc floue et devrait le rester un moment !

4) Ma situation de française ayant posé ses valises en Angleterre

J’ai quitté ma vie en France, mon travail, mon entourage par amour et non pas pour des raisons professionnelles. Sans mon copain, il est fort probable que j’aurais continué à vivre en France pendant encore un bon moment car mon travail ne m’aurait pas permis de partir vivre à l’étranger. N’étant pas partie dans un cadre pro, je ne peux donc pas me qualifier d’expatriée. Je me range donc volontiers dans la catégorie immigration car c’est celle qui correspond davantage à ma situation :).

C’est marrant parce que lorsque j’ai voulu créer une rubrique sur mon blog dédiée à cette nouvelle vie en Angleterre, je l’ai spontanément appelée expatriation. Bon, je voulais l’appeler « vie en Angleterre » mais cela faisait trop long pour mon menu donc j’ai choisi expatriation. Mais ce terme étant incorrect, je l’ai remplacé par immigration en écrivant cet article :).

Pour les personnes qui me liront et qui vivent (ou ont vécu) à l’étranger, comment vous qualifiez-vous ? Votre avis m’intéresse ! 🙂

3 réflexions au sujet de « Expatriée ? Non, immigrée ! »

  1. Merci d’ouvrir le débat, honnêtement, je ne me suis pas vraiment posé la question. Maintenant en arrivant dans un pays en tant qu’étranger, on passe par le service ‘immigration’, je ne me souviens pas avoir vu de service ‘expatriation’.
    Selon moi le terme expatriation est une catégorie au sein de l’immigration, il devrait techniquement se limiter aux cas d’une entreprise ou d’une institution envoyant son personnel travailler à l’étranger avec un contrat de travail dans le pays d’origine et non pas dans le pays d’arrivée, en dehors des obligations légales locales.
    En ce qui me concerne, je parle plutôt de ‘résidence’, ainsi je suis résident au Canada, ce qui s’accorde avec le fait d’être français et canadien.

    J'aime

  2. Je me qualifiais de « migrant » quand j’habitais en Irlande. D’une part, j’avais un contrat local et d’autre part, les « expat », surtout dans le monde anglo-saxon, sont ceux qui vont vivre dans un autre pays que le sien. Il y a clairement un peu de condescendance de la part des pays plus favorisés. Le retraité britannique en Espagne est un « expat », le jeune diplômé qui part à Londres est un immigré.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s